Save The Children
12/2015


Les 25 dernières années ont été marquées par de nombreux progrès en matière de réduction de la pauvreté, de baisse de la mortalité infantile ou encore d'accès à l'école. Cependant, ces progrès ont été marqués par de fortes inégalités. Des enfants sont restés exclus et tenus en marge, en particulier les plus pauvres.


Nous présentons ici trois reportages.




Le premier raconte l'histoire de Zacharia, un enfant de 9 mois victime de malnutrition sévère depuis 6 mois. Il a été placé avec sa maman au Centre d'Education Nutritionnelle de Kaya au Nord de Ouagadougou, à 50 km de leur village situé près de Mané. Le Centre leur délivre des compléments alimentaires et inculque à la mère des techniques de nutrition. Au bout de 17 jours, Zacharia retrouve peu à peu la santé et retourne dans son village.

Zacharia Nagbila, 9 mois, est victime de malnutrition sévère depuis 6 mois. Il a été placé avec sa maman, gratuitement, au Centre d'Education Nutritionnel de Kaya à 50 km de leur village qui est situé près de Mané. Le Centre leur délivre des compléments a
info
×
Zacharia Nagbila, 9 mois, est victime de malnutrition sévère depuis 6 mois. Il a été placé avec sa maman, gratuitement, au Centre d'Education Nutritionnel de Kaya à 50 km de leur village qui est situé près de Mané. Le Centre leur délivre des compléments a
Zacharia Nagbila, 9 mois, est victime de malnutrition sévère depuis 6 mois. Il a été placé avec sa maman, gratuitement, au Centre d'Education Nutritionnel de Kaya à 50 km de leur village qui est situé près de Mané. Le Centre leur délivre des compléments a
info
×
Zacharia Nagbila, 9 mois, est victime de malnutrition sévère depuis 6 mois. Il a été placé avec sa maman, gratuitement, au Centre d'Education Nutritionnel de Kaya à 50 km de leur village qui est situé près de Mané. Le Centre leur délivre des compléments a
info
×
Zacharia Nagbila, 9 mois, est victime de malnutrition sévère depuis 6 mois. Il a été placé avec sa maman, gratuitement, au Centre d'Education Nutritionnel de Kaya à 50 km de leur village qui est situé près de Mané. Le Centre leur délivre des compléments a
info
×
Zacharia Nagbila, 9 mois, est victime de malnutrition sévère depuis 6 mois. Il a été placé avec sa maman, gratuitement, au Centre d'Education Nutritionnel de Kaya à 50 km de leur village qui est situé près de Mané. Le Centre leur délivre des compléments a
info
×
Zacharia Nagbila, 9 mois, est victime de malnutrition sévère depuis 6 mois. Il a été placé avec sa maman, gratuitement, au Centre d'Education Nutritionnel de Kaya à 50 km de leur village qui est situé près de Mané. Le Centre leur délivre des compléments a
info
×
Zacharia Nagbila, 9 mois, est victime de malnutrition sévère depuis 6 mois. Il a été placé avec sa maman, gratuitement, au Centre d'Education Nutritionnel de Kaya à 50 km de leur village qui est situé près de Mané. Le Centre leur délivre des compléments a
info
×
Zacharia Nagbila, 9 mois, est victime de malnutrition sévère depuis 6 mois. Il a été placé avec sa maman, gratuitement, au Centre d'Education Nutritionnel de Kaya à 50 km de leur village qui est situé près de Mané. Le Centre leur délivre des compléments a
info
×
Zacharia Nagbila, 9 mois, est victime de malnutrition sévère depuis 6 mois. Il a été placé avec sa maman, gratuitement, au Centre d'Education Nutritionnel de Kaya à 50 km de leur village qui est situé près de Mané. Le Centre leur délivre des compléments a
info
×
Zacharia Nagbila, 9 mois, est victime de malnutrition sévère depuis 6 mois. Il a été placé avec sa maman, gratuitement, au Centre d'Education Nutritionnel de Kaya à 50 km de leur village qui est situé près de Mané. Le Centre leur délivre des compléments a
info
×
Zacharia Nagbila, 9 mois, est victime de malnutrition sévère depuis 6 mois. Il a été placé avec sa maman, gratuitement, au Centre d'Education Nutritionnel de Kaya à 50 km de leur village qui est situé près de Mané. Le Centre leur délivre des compléments a
info
×
Zacharia Nagbila, 9 mois, est victime de malnutrition sévère depuis 6 mois. Il a été placé avec sa maman, gratuitement, au Centre d'Education Nutritionnel de Kaya à 50 km de leur village qui est situé près de Mané. Le Centre leur délivre des compléments a
info
×
Zacharia Nagbila, 9 mois, est victime de malnutrition sévère depuis 6 mois. Il a été placé avec sa maman, gratuitement, au Centre d'Education Nutritionnel de Kaya à 50 km de leur village qui est situé près de Mané. Le Centre leur délivre des compléments a
info
×
Zacharia Nagbila, 9 mois, est victime de malnutrition sévère depuis 6 mois. Il a été placé avec sa maman, gratuitement, au Centre d'Education Nutritionnel de Kaya à 50 km de leur village qui est situé près de Mané. Le Centre leur délivre des compléments a
info
×
Zacharia Nagbila, 9 mois, est victime de malnutrition sévère depuis 6 mois. Il a été placé avec sa maman, gratuitement, au Centre d'Education Nutritionnel de Kaya à 50 km de leur village qui est situé près de Mané. Le Centre leur délivre des compléments a
info
×
Zacharia Nagbila, 9 mois, est victime de malnutrition sévère depuis 6 mois. Il a été placé avec sa maman, gratuitement, au Centre d'Education Nutritionnel de Kaya à 50 km de leur village qui est situé près de Mané. Le Centre leur délivre des compléments a
info
×


Le reportage qui suit raconte la visite de Rasmata et de sa fille Balkissou, 15 mois, au Centre de Santé et de Promotion Sociale (CSPS) du village de Tanzeango, près de Mané, dans le Centre-Nord du Burkina Faso. Chaque 15 jours, sa mère y réalise un suivi, son enfant étant atteint de malnutrition modérée.

Rasmata Barry et sa fille Balkissou, 15 mois, sont au Centre de Santé et de Promotion Sociale (CSPS) du village de Tanzeango, près de Mané, dans le Centre-Nord du Burkina Faso. Chaque 15 jours, sa mère y réalise un suivi, son enfant étant atteint de malnu
Rasmata Barry et sa fille Balkissou, 15 mois, sont au Centre de Santé et de Promotion Sociale (CSPS) du village de Tanzeango, près de Mané, dans le Centre-Nord du Burkina Faso. Chaque 15 jours, sa mère y réalise un suivi, son enfant étant atteint de malnu
Rasmata Barry et sa fille Balkissou, 15 mois, sont au Centre de Santé et de Promotion Sociale (CSPS) du village de Tanzeango, près de Mané, dans le Centre-Nord du Burkina Faso. Chaque 15 jours, sa mère y réalise un suivi, son enfant étant atteint de malnu
Rasmata Barry et sa fille Balkissou, 15 mois, sont au Centre de Santé et de Promotion Sociale (CSPS) du village de Tanzeango, près de Mané, dans le Centre-Nord du Burkina Faso. Chaque 15 jours, sa mère y réalise un suivi, son enfant étant atteint de malnu
Rasmata Barry et sa fille Balkissou, 15 mois, sont au Centre de Santé et de Promotion Sociale (CSPS) du village de Tanzeango, près de Mané, dans le Centre-Nord du Burkina Faso. Chaque 15 jours, sa mère y réalise un suivi, son enfant étant atteint de malnu
Rasmata Barry et sa fille Balkissou, 15 mois, sont au Centre de Santé et de Promotion Sociale (CSPS) du village de Tanzeango, près de Mané, dans le Centre-Nord du Burkina Faso. Chaque 15 jours, sa mère y réalise un suivi, son enfant étant atteint de malnu
Rasmata Barry et sa fille Balkissou, 15 mois, sont au Centre de Santé et de Promotion Sociale (CSPS) du village de Tanzeango, près de Mané, dans le Centre-Nord du Burkina Faso. Chaque 15 jours, sa mère y réalise un suivi, son enfant étant atteint de malnu
Rasmata Barry et sa fille Balkissou, 15 mois, sont au Centre de Santé et de Promotion Sociale (CSPS) du village de Tanzeango, près de Mané, dans le Centre-Nord du Burkina Faso. Chaque 15 jours, sa mère y réalise un suivi, son enfant étant atteint de malnu
Rasmata Barry et sa fille Balkissou, 15 mois, sont au Centre de Santé et de Promotion Sociale (CSPS) du village de Tanzeango, près de Mané, dans le Centre-Nord du Burkina Faso. Chaque 15 jours, sa mère y réalise un suivi, son enfant étant atteint de malnu
Rasmata Barry et sa fille Balkissou, 15 mois, sont au Centre de Santé et de Promotion Sociale (CSPS) du village de Tanzeango, près de Mané, dans le Centre-Nord du Burkina Faso. Chaque 15 jours, sa mère y réalise un suivi, son enfant étant atteint de malnu


Enfin, le dernier reportage raconte l'histoire de Fatoumata, une adolescente de 19 ans qui est déscolarisée. Son père étant absent, sa famille compte sur elle pour subvenir aux besoins du foyer. 

Fatoumata Koumaré, 19 ans, déscolarisée, prend des cours de couture chez la Coordination Nationale des Associations des Enfants et Jeunes Travailleurs du Burkina (CN/AEJTB). Son père étant absent, elle vend ses créations afin de payer ses cours du soir et
info
×
Fatoumata Koumaré, 19 ans, déscolarisée, prend des cours de couture chez la Coordination Nationale des Associations des Enfants et Jeunes Travailleurs du Burkina (CN/AEJTB). Son père étant absent, elle vend ses créations afin de payer ses cours du soir et
info
×
Fatoumata Koumaré, 19 ans, déscolarisée, prend des cours de couture chez la Coordination Nationale des Associations des Enfants et Jeunes Travailleurs du Burkina (CN/AEJTB). Son père étant absent, elle vend ses créations afin de payer ses cours du soir et
info
×
Fatoumata Koumaré, 19 ans, déscolarisée, prend des cours de couture chez la Coordination Nationale des Associations des Enfants et Jeunes Travailleurs du Burkina (CN/AEJTB). Son père étant absent, elle vend ses créations afin de payer ses cours du soir et
info
×
Fatoumata Koumaré, 19 ans, déscolarisée, prend des cours de couture chez la Coordination Nationale des Associations des Enfants et Jeunes Travailleurs du Burkina (CN/AEJTB). Son père étant absent, elle vend ses créations afin de payer ses cours du soir et
info
×
Fatoumata Koumaré, 19 ans, déscolarisée, prend des cours de couture chez la Coordination Nationale des Associations des Enfants et Jeunes Travailleurs du Burkina (CN/AEJTB). Son père étant absent, elle vend ses créations afin de payer ses cours du soir et
info
×
Fatoumata Koumaré, 19 ans, déscolarisée, prend des cours de couture chez la Coordination Nationale des Associations des Enfants et Jeunes Travailleurs du Burkina (CN/AEJTB). Son père étant absent, elle vend ses créations afin de payer ses cours du soir et
info
×
Fatoumata Koumaré, 19 ans, déscolarisée, prend des cours de couture chez la Coordination Nationale des Associations des Enfants et Jeunes Travailleurs du Burkina (CN/AEJTB). Son père étant absent, elle vend ses créations afin de payer ses cours du soir et
info
×
Fatoumata Koumaré, 19 ans, déscolarisée, prend des cours de couture chez la Coordination Nationale des Associations des Enfants et Jeunes Travailleurs du Burkina (CN/AEJTB). Son père étant absent, elle vend ses créations afin de payer ses cours du soir et
info
×
Fatoumata Koumaré, 19 ans, déscolarisée, prend des cours de couture chez la Coordination Nationale des Associations des Enfants et Jeunes Travailleurs du Burkina (CN/AEJTB). Son père étant absent, elle vend ses créations afin de payer ses cours du soir et
info
×
Fatoumata Koumaré, 19 ans, déscolarisée, prend des cours de couture chez la Coordination Nationale des Associations des Enfants et Jeunes Travailleurs du Burkina (CN/AEJTB). Son père étant absent, elle vend ses créations afin de payer ses cours du soir et
info
×
Fatoumata Koumaré, 19 ans, déscolarisée, prend des cours de couture chez la Coordination Nationale des Associations des Enfants et Jeunes Travailleurs du Burkina (CN/AEJTB). Son père étant absent, elle vend ses créations afin de payer ses cours du soir et
info
×
Using Format